Quel avenir pour les semences paysannes?

Publié le 28 Décembre 2013

En cette période de l'année, le jardinier commence à préparer et à planifier la saison à venir en consultant les catalogues pour acheter ses graines; c'est aussi le bon moment pour s'informer sur les semences paysannes.

Sont appelées semences paysannes, ou fermières, les semences sélectionnées et reproduites par les paysans dans leurs pratiques quotidiennes par des méthodes naturelles de sélection. Elles se différencient des semences industrielles, ou variétés commerciales "dites à hauts rendements", standardisées et non reproductibles. Les semences paysannes représentent un immense réservoir de diversité génétique, adaptable au terroir, aux variations climatiques, aux pratiques culturales... et participent à la biodiversité cultivée.

Semer, récolter, puis conserver une partie de la récolte pour ressemer l'année suivante, ce geste ancestral paraît aller de soi... et pourtant... la réglementation en vigueur encadrant la commercialisation (catalogue officiel) et la propriété industrielle (certificat d'obtention végétale, brevet sur les gènes etc.) menace ces droits fondamentaux des agriculteurs.

Pour qui souhaite se tenir informé et comprendre les enjeux, je recommande le site du collectif "Semons la biodiversité". Actif sur le terrain, ce collectif met en avant 10 mesures pour que vivent les semences paysannes :

  • la reconnaissance du rôle des agriculteurs et des jardiniers dans la préservation, la conservation et le renouvellement de la biodiversité cultivée
  • le droit des agriculteurs à conserver, ressemer et à échanger leurs semences
  • un assouplissement des normes d'enregistrement au catalogue officiel pour la commercialisation des semences.

A voir aussi, un petit film d'animation, 5 minutes de pédagogie sur cette problématique, proposé sur le site "Le droit de semer".

On est bien d'accord pour considérer que les graines sont vivantes, non ? alors d'après vous les congeler pour les conserver ou les conserver en les cultivant : est-ce vraiment la même chose ? N'y a-t-il pas qu'en terre qu'elles pourront co-évoluer avec leur environnement comme elles l'ont toujours fait depuis des millénaires.

Il est indispensable de garder les pieds sur terre et de comprendre qu'ici se dessine l'avenir du vivant et de notre alimentation accessoirement.

Le droit de semer

Rédigé par emmanuelle

Publié dans #les pieds sur terre, #semence

Commenter cet article