Vers une agriculture sans abeilles ?

Publié le 15 Janvier 2014

Vers une agriculture sans abeilles ?

Dernièrement Le Monde publiait un article intitulé : "L'Europe en grave déficit d'abeilles pour polliniser ses cultures". Voilà bien un sujet de préoccupation pour les arboriculteurs, maraîchers, producteurs de semences, horticulteurs...

Depuis la nuit des temps les plantes et les insectes ont co-évolué ensemble créant ainsi une remarquable biodiversité. Les plantes ont besoin des insectes de la même manière qu'eux-mêmes dépendent des plantes pour se nourrir. Et la diversité végétale influence tout naturellement la diversité des insectes pollinisateurs.

Moins de plantes = moins d'insectes et moins d'insectes = moins de plantes ; c'est le cercle vicieux de la perte de biodiversité.

Le rôle primordial des abeilles dans la pollinisation est capital : par leur activité pollinisatrice elles assurent 70% de la biodiversité végétale. Mais si la disparition des abeilles est suivie de près (par les apiculteurs, les premiers concernés), c'est l'ensemble des insectes pollinisateurs qu'il faut défendre.

Le modèle agricole dominant basé sur la monoculture et l'usage de pesticides constitue une menace. Nous savons que les abeilles domestiques connaissent un taux élevé de surmortalité notamment avec l'usage des néonicotinoïdes. Mais l'impact sur les insectes sauvages (bourdons, papillons...) est tout aussi inquiétant.

Aujourd'hui, l'agriculture est dans une véritable impasse. Selon l'étude récente dont se fait écho Le Monde, l'Europe manque d'abeilles pour polliniser ses cultures : ce déficit est évalué à plus de 13 millions de colonies ! Les chercheurs mettent en cause le développement des cultures d'oléagineux notamment utilisés pour les agrocarburants. Les besoins en pollinisation ont augmenté alors qu'en parallèle les colonies d'abeilles s'effondrent.

L'équilibre est rompu. Il devient urgent de mettre en oeuvre des solutions alternatives et de rétablir un agro-écosystème dynamique et respectueux des synergies entre le sol, les plantes et les insectes. La productivité étant directement liée à la pollinisation, je ne vois pas comment les agriculteurs pourraient se passer des services rendus par l'ensemble des insectes pollisateurs.

Rédigé par emmanuelle

Publié dans #insectes pollinisateurs, #biodiversité

Commenter cet article