De l'usage de la cendre

Publié le 11 Février 2018

Passé le plaisir de chaleureuses flambées en hiver, il faut nettoyer la cheminée, et là que faire de la cendre ? La recycler dans le jardin bien sûr... mais attention pas n'importe comment !

Riche en sels minéraux, la cendre de bois contient beaucoup de calcium, de la potasse (favorise la fructification), de la silice (renforce la résistance des plantes), du magnésium (stimule la photosynthèse). Par conséquent voilà donc un excellent engrais qui apporte des nutriments essentiels aux végétaux. Fini de jeter la cendre à la poubelle, maintenant direction le jardin... mais avec modération.

Car sa forte teneur en calcium et potasse oblige le jardinier à l'utiliser avec prudence pour éviter de créer un déséquilibre. L'excès de cendre de bois est néfaste pour les plantes et le sol. La terre s’asphyxie, l'humus peut être en partie détruit sous l'accumulation. Evidemment c'est loin d'être ce que recherche le jardinier. Alors en règle générale, on retiendra qu'il ne faut pas dépasser 1 kg de cendre pour 10 m2 par an. Il va sans dire que la cendre à recycler sera de bonne qualité : pas de bois traité, peint ou vernis. Le meilleur bois étant celui de feuillus.

La cendre de la cheminée (ou du barbecue) sera tamisée pour ôter les gros morceaux, difficilement assimilables, puis stockée. C'est généralement en hiver ou au printemps que la cendre sera répandue.

De l'usage de la cendre comme fertilisant

Tout en respectant la dose de 2 poignées maxi par m2, la cendre de bois convient à toutes les plantes du jardin : rosiers, fleurs, fruitiers, légumes (tomates, pommes de terre, haricots...), même sur la pelouse. En revanche, contenant du calcium, on évitera sur les plantes qui aiment les sols acides ou la terre de bruyère (camélias, rhododendron). Suivant les usages, la cendre sera soit épandue en surface à la volée, puis le sol griffé, soit jetée directement dans le trou de plantation. Diluée à raison de 10 g par litre d'eau, on obtient un lait de cendre qui sera répandu à l'arrosoir (plutôt en juin).

De l'usage de la cendre comme répulsif

On a tous entendu l'astuce du cordon de cendre pour lutter contre les limaces... ok mais pour être honnête cela ressemble plus à une idée incompatible avec un jardin conduit de manière écologique dans le respect d'un sol vivant ! A quel moment les limaces menacent-elles nos salades ? par temps pluvieux. Or précisément sous la pluie le cordon de cendre censé protéger notre salade se transformera en une couche pâteuse qui n'arrêtera pas les limaces. Sauf à le renouveler et là on risque l'asphyxie du sol. Alors on oublie ! 

Par contre la cendre est utile sur les pucerons ou les altistes : une poignée de cendre soufflée sur ces p'tites bêtes idéalement au moment de la rosée matinale. Sinon en badigeon sur les troncs d'arbre pour les protéger des vermines en hiver ou début mars pour supprimer les œufs de pucerons. Pour fabriquer son badigeon, il suffit de délayer de la cendre avec de l'eau pour obtenir une pâte lisse.

De l'usage de la cendre comme cicatrisant

La cendre de bois a des propriétés anti-bactériennes et cicatrisantes. Un enduit épais à base de cendre favorise la cicatrisation des plaies issues de la taille des arbres. Du temps où les jardiniers utilisaient leur propre récolte de pommes de terre pour les replanter, il était courant de multiplier les plants en coupant les patates en 2 voire en 4 si chaque morceau portait un germe. Et pour aider à la cicatrisation, de la cendre était frottée légèrement sur la chair nue, pour planter un morceau de patate sain une dizaine de jours plus tard.

S'il reste encore de la cendre disponible, elle peut être jetée au compost, mais toujours avec modération : 1 poignée de temps en temps.

Finalement on se battrait presque pour être de corvée de nettoyage de la cheminée !

 

Rédigé par emmanuelle

Publié dans #fertilisation

Commenter cet article