Publié le 20 Avril 2013

Les différents types de sol

Argileux, sableux, limoneux, le sol n'est pas le même d'un jardin à l'autre et ne se cultive donc pas de la même manière.

  • Le sol est le résultat d'une longue histoire

Sous l'action conjuguée du climat (gel, vent...), des micro-organismes (bactéries, champignons) et des plantes (via leur système racinaire), la roche-mère, en profondeur, s'altère et libère des particules et des sels minéraux. En fonction de la nature de la roche-mère, 3 éléments se combinent dans des proportions différentes : du sable (des gros grains), du limon, de l'argile (particules les plus fines). Parallèlement, en surface, la matière organique végétale et animale en décomposition se dégrade et se mélange, sous forme d'humus, à la roche-mère désagrégée. Et cette histoire se joue depuis la formation de la Terre.

  • La nature du sous sol influence la terre du jardin

Ainsi on distingue un sol dit sableux (avec +80% de sable), un sol argileux (+60% d'argile), d'un sol limoneux (+80% de limon). Chaque type de sol a ses propres caractéristiques.

Un sol de type sableux est un sol léger, avec de gros grains, sans consistance, qui retient peu l'eau et se réchauffe ou se refroidit rapidement. Le sol argileux, quant à lui est plus lourd, collant lorsqu'il est mouillé, il se compacte facilement. Lent à se réchauffer, il se fendille par temps sec. Enfin, le sol limoneux est de structure fragile, il est sensible à l'érosion et à la formation d'une croûte de surface. C'est un sol fertile.

Cependant ce sont là de grandes catégories qui indiquent une tendance, car la réalité est beaucoup plus complexe dans la mesure où il y a toutes les combinaisons possibles entre les 3 éléments suivant leur proportion : on parle de sol argilo-sableux, limono-argileux, sablo-limoneux etc... (c'est ce qu'on appelle le triangle des textures du sol qui croise les 3 éléments en fonction de leur pourcentage).

Par conséquent, il n'y a pas un type de sol mais une grande variété.

  • Le sol vit, évolue, réagit

Résultat de l'altération de la roche-mère et de son association avec la matière organique, c'est cette couche superficielle du sol qu'on appelle terre arable, autrement dit cultivable : c'est notre terre nourricière. Cette terre, suivant sa nature, doit être jardinée en tenant compte de ses caractéristiques propres, en adaptant les pratiques culturales à la manière dont elle se comporte. De mauvaises pratiques peuvent conduire à sa dégradation.

L'une des préoccupations du jardinier sera donc de maintenir le sol vivant et de favoriser sa vitalité. La terre évolue, et même de qualité médiocre, elle se transforme à force d'amélioration par des techniques appropriées et avec le temps...

Rédigé par emmanuelle

Publié dans #sol vivant

Publié le 12 Avril 2013

Les engrais verts... où comment des plantes sont utilisées pour prendre soin de la terre et attirer les insectes auxiliaires : phacélie, moutarde blanche, sarrasin, trèfle, féverole etc. mais aussi épinards, fèves ou soucis

Les engrais verts sont des plantes aux multiples vertus qui méritent d'être cultivées au potager.

  • Une couverture pour le sol

Une terre qui reste nue est une terre qui perd de sa vitalité. Dans la nature le sol n'est jamais nu, au jardin il faut essayer de reproduire ce modèle et offrir une protection à votre terre. La couverture du sol est indispensable pour atténuer la violence des pluies ou protéger des rayons du soleil ou des vents asséchants. Les engrais verts permettent une meilleure résistance aux agressions climatiques et protègent le sol contre l'érosion. En outre, cette couverture offre également une protection pour la faune et micro-faune du sol : le gîte et le couvert essentiels à l'établissement d'un écosystème fonctionnel. Certains engrais verts comme le sainfoin ou la phacélie attirent de nombreux insectes utiles au jardin. Enfin dernier atout, en occupant l'espace, les engrais verts efficaces comme couvre-sol limitent aussi la prolifération des herbes "indésirables".

 

  • Une amélioration de la structure du sol

Au même titre que la couverture du sol, la présence de racines vivantes est nécessaire pour maintenir la vitalité du sol. Une terre qui reste sans racines trop longtemps est une terre qui s'appauvrit. Ainsi les racines des engrais verts retiennent les éléments nutritifs qui sinon seraient lessivés. Le travail des racines permet de décompacter le sol et d'assurer un meilleur drainage de l'eau et de l'air.

 

  • Un enrichissement du sol

Autre atout : la présence d'engrais verts participe à l'enrichissement en éléments nutritifs. Leurs racines vont chercher dans le sol en profondeur d'autres éléments nutritifs comme le potassium et le souffre (moutarde) ou le phosphore (moutarde et sarrasin). Les engrais verts de la famille des légumineuses (féverole, trèfle...) ont la propriété de fixer l'azote. Ces différents éléments nutritifs seront ensuite disponibles pour les cultures suivantes.

 

On aurait tort de s'en priver. D'autant que jardiner les engrais verts ne représente pas beaucoup plus de travail en comparaison des services rendus.

Les engrais verts, incontournables au potager

Publié le 5 Avril 2013

Cette petite chenille d'un vert vif a été délogée lors de la préparation du sol au printemps. Elle appartient à la famille des noctuelles, papillons nocturnes comme l'indique son nom. Il existe plusieurs variétés de noctuelles et celle-ci est la noctuelle du chou. Vert clair dans sa jeunesse, elle deviendra un papillon grisâtre.

N'étant pas uniquement gourmande de choux, elle peut aussi s'attaquer aux salades, pois, betteraves, tomates, soucis, pommes de terre... Elle hiverne dans le sol où l'on peut la trouver au printemps. Elle est facile à repérer par sa couleur et lorsqu'elle est dérangée, elle s'enroule sur elle-même et reste immobile. Nocturne, elle se réfugie dans le sol ou dans la litière en surface pour se protéger des prédateurs. Elle a tout de même des prédateurs, comme les carabes, les hérissons ou les taupes, actifs de préférence la nuit.

Les chenilles de noctuelle peuvent causer de sérieux dégâts au jardin. Biner ou travailler la terre permet de les faire remonter à la surface, vous pouvez alors les ramasser à la main. Pour éviter que les femelles papillons ne pondent dans votre jardin, installez-y quelques bouquets de tanaisie ici ou là. Cette plante est un excellent insectifuge. Si elles sont très nombreuses, faites appel aux décoctions de pyrèthre ou de tanaisie en pulvérisation, qui agissent comme répulsifs et éloignent les papillons.

La chenille de noctuelle