Publié le 22 Août 2013

La tanaisie : une plante remède au jardin

La tanaisie, vous connaissez ?

Cette plante aux nombreuses vertus fleurit en été et c'est le moment de récolter ses fleurs pour garnir votre "pharmacie", car elle aide le jardinier à régler de façon naturelle certains petits problèmes au jardin.

La tanaisie, plante médecine

La tanaisie est une plante sauvage que l'on peut assez facilement trouver sur le bord des routes. C'est une plante vivace qui peut atteindre plus d'1m de hauteur, au feuillage découpé et aux fleurs jaunes en capitule. Touchez-la et vous constaterez qu'elle est très odorante.

Cette plante est réputée depuis le Moyen-Age pour ses propriétés médicinales et ses multiples usages. A titre d'exemple en voici quelques applications :

  • en teinture, elle offre des couleurs variées allant du vert olive au bronze en passant par divers tons de jaune
  • à la maison, elle s'emploie comme anti-mite ou comme répulsif contre les tiques ou les puces des animaux domestiques
  • en lotion, elle a des vertus stimulante et purifiante pour la peau
  • elle est connue pour ses propriétés thérapeutiques : digestive, vermifuge, anti-poux
  • au jardin, elle s'utilise en extrait fermenté, infusion, décoction pour ses propriétés insectifuge, insecticide, fongicide
  • au rucher, j'en mets également quelques brins dans l'enfumoir après avoir lu que les anciens pratiquaient cette méthode pour apaiser les abeilles

La tanaisie au jardin

Elle a toute sa place au potager et au verger. Si vous souhaitez l'implanter au jardin, gardez-la à l'oeil car elle peut devenir envahissante et vite s'étaler. Pour éviter cet inconvénient, vous pouvez aussi la cultiver en pot et ainsi la déplacer facilement selon vos besoins.

La tanaisie est une plante très rustique et n'a pas d'exigences particulières. C'est une plante vraiment très intéressante car elle a la faculté d'être attractive pour les insectes dits "auxiliaires" (syrphes, petites abeilles sauvages, coccinelles...) et répulsive pour les insectes considérés comme "indésirables" (vers gris, fourmis, pucerons, moustiques...) ! qui dit mieux ?

Au jardin, un bouquet de tanaisie sera bénéfique et stimulant à proximité des rosiers, framboisiers, pieds de vigne, arbres fruitiers; et associée aux pommes de terre, son odeur éloignera les doryphores.

Evitez toutefois de la mettre au compost, car contrairement à l'ortie qui est un bon activateur de compost, la tanaisie inhibe la fermentation.

Elle s'avère très utile pour le jardinier qui recherche des solutions naturelles :

  • la tanaisie a un effet préventif contre le mildiou, elle peut de ce fait constituer une réelle alternative à la fameuse bouillie bordelaise
  • la fleur séchée réduite en poudre est efficace contre la mouche des semis (carotte, pois, haricot...)
  • en infusion, elle aide à chasser les pucerons, les noctuelles, les acariens...

Bref, c'est vraiment la plante médecine à avoir dans le jardin. Il y a d'innombrables préparations que je ne peux détailler ici, mais si vous souhaitez une recette particulière, pour autant que je la connaisse, n'hésitez pas à me le faire savoir.

Publié le 7 Août 2013

La fève : de la culture à la cuisine

Ces jolies fleurs donneront naissance à des fèves. La fève est un légume ancien assez peu présent dans les jardins contemporains, alors qu'elle mérite d'y être semée. Facile à cultiver, excellente à cuisiner, elle est à (re)découvrir.

Originaire du Moyen-Orient, elle est connue en Europe depuis l'Antiquité et figurait parmi les légumes de base au Moyen-Age; aujourd'hui en revanche il semblerait qu'elle soit oubliée malgré ses qualités nutritionnelles.

  • La fève au potager

La fève fait partie de la famille des légumineuses (comme les haricots ou les pois). Elle peut être semée dès octobre-novembre dans le Midi au climat doux pour être récoltée en mai. Ailleurs elle sera semée à partir de février-mars car elle résiste bien aux gelées printanières (-3° à -5°C). Elle se cultive très facilement, n'est pas exigeante en terme de fumure. Simplement elle préfère un sol argileux et frais et ne supporte pas les grosses chaleurs.

Les graines sont enterrées à environ 5 cm de profondeur ; la plante pouvant atteindre 1m de hauteur, il est conseillé de buter les pieds ou bien d'installer des cordelettes maintenues par des tuteurs pour éviter qu'elle ne se couche au sol avec le vent. La récolte a lieu lorsque les cosses sont bien vertes.

La fève présente les avantages d'un engrais vert : ses racines profondes et pivotantes ameublissent le sol, mais c'est surtout en qualité de légumineuse qu'elle s'avère intéressante en raison de sa propriété à fixer l'azote de l'air. Aussi une fois la récolte achevée, les plants seront coupés au pied, puis broyés et viendront enrichir le sol. Dans la rotation des cultures au jardin, la fève est un excellent précédent pour les cultures exigeantes en azote comme les tomates, les courgettes et autres courges, les choux, le céleri ou les pommes de terre.

  • La fève dans la cuisine

La fève se présente sous forme de gros grains plats rangés dans une longue cosse à raison de 5-7 grains, voire 9 selon les variétés ! Très riche en fibres et en protéines, ses qualités nutritionnelles en font une légume intéressant pour les personnes végétariennes.

Elle s'accommode de différentes façons, de manière à satisfaire tout le monde. Les grains se consomment soit crus à la croque-au-sel à l'apéritif, soit cuits comme les petits pois, dans une salade composée ils donnent une jolie touche vert vif. Séchée, la fève se conserve durant tout l'hiver. C'est d'ailleurs ce grain sec qui est à l'origine de la fève glissée dans la galette des Rois.

Elle est excellente sur le plan gustatif. Alors pourquoi est-elle si peu consommée ? Sans doute parce qu'elle nécessite temps et patience pour le cuisinier : il faut d'abord ôter les grains de la gousse, puis retirer la peau qui enveloppe chaque grain ... En plus il faut bien reconnaître qu'un beau panier rempli de cosses récoltées ne représentera plus qu'une poignée de grains dans l'assiette (on compte 1kg de gousses fraîches pour 250g de fèves à déguster !) Ceci dit, en réalité avec un peu d'expérience et de technique ce n'est pas très sorcier ! par exemple passer les grains à l'eau bouillante quelques minutes facilite grandement le retrait de l'enveloppe... non vraiment est-ce là une bonne raison pour ne pas l'essayer ?

Peu exigeante, plutôt généreuse au potager, délicieuse en cuisine, alors qu'attendez-vous ?

La fève : de la culture à la cuisine