Publié le 30 Septembre 2015

Après la récolte, je sème un engrais vert

Le temps des récoltes terminé, il faut éviter de laisser le sol nu tout l'hiver... alors semez des engrais verts !

Lorsque le jardin reste sans culture, le sol est soumis aux ardeurs climatiques : pluie, vent, érosion, il se dégrade, sa fertilité baisse et la vie du sol s'appauvrit. Il est encore temps de semer un engrais vert. Et visuellement vous aurez des parcelles d'un joli vert accueillantes pour les insectes.

Il est possible de semer jusqu'à la mi-octobre de la moutarde blanche, vesce d'hiver ou du seigle, seul ou en mélange.

Si vous suivez le calendrier lunaire, vous choisirez de faire vos semis les 6/7 octobre, jours feuille, pour obtenir un maximum de biomasse ou les 12/13/14 octobre, jours racine, pour améliorer la structure du sol.

En mettant en place des engrais verts à cette saison, le jardinier travaille pour préparer la future année. Au printemps la terre sera alors prête à accueillir les futures plantations de l'année à venir.

Publié le 1 Septembre 2015

La grande sauterelle verte

Dans un jardin riche en biodiversité il n'est pas rare de croiser une sauterelle, même si elle se camoufle aisément dans les herbes ou les feuilles.

La sauterelle, le grillon, le criquet font partie de la famille des orthoptères, ce sont des insectes "chanteurs". Chez la sauterelle, c'est le mâle qui chante en émettant des stridulations par frottement des pattes postérieures contre les ailes ou bien des ailes entre elles.

L'espèce de "dard" qu'elle arbore à l'arrière de son corps ne sert pas à piquer... mais à pondre. La sauterelle pond ses œufs dans le sol à la fin de l'été juste avant de mourir. Si elle ne pique pas, en revanche elle peut mordre et elle est bien équipée. Car la grande sauterelle verte est carnivore. Elle a même une tendance cannibale : les jeunes pouvant se faire dévorer par des adultes.

Si le régime alimentaire des orthoptères est essentiellement floral, la grande sauterelle verte croque des pucerons, des chenilles et même des larves de doryphores. Ce petit coléoptère qui est d'origine américaine, s'est bien développé dans nos régions faute de prédateurs... hormis donc la sauterelle.

En général, les sauterelles vertes, peu nombreuses, ne causent pas de dégâts au jardin, au contraire elles peuvent avoir un intérêt comme auxiliaire de protection contre le doryphore qui lui en cause sur les plantations de pommes de terre. D'où l'intérêt de la laisser tranquillement s'installer en lui offrant des espaces sauvages d'herbes hautes.

Rédigé par emmanuelle

Publié dans #le nez en l'air