Publié le 23 Avril 2016

Du compost pour nourrir le sol

La fertilisation du potager... voilà bien l'une des préoccupations du jardinier ! Et en matière de fertilisation, rien ne vaut le compost : engrais naturel le mieux adapté, le plus équilibré et le plus économique.

  • Le compost, c'est naturel et écologique

Le compostage est un processus naturel qui résulte de la dégradation des déchets organiques. Sous l'action des bactéries, de la microfaune et des champignons, nos déchets de cuisine (épluchures, marc de café...) et de jardin (tonte de gazon, mauvaises herbes non montées en graine de préférence, feuilles mortes...) sont transformés gratuitement au bout de plusieurs mois en une matière brune riche en éléments nutritifs.

Composter c'est aussi une manière de restituer au sol une partie des éléments nutritifs que nous avons prélevés en récoltant les légumes. C'est un geste écologique qui participe à la réduction de nos déchets ménagers. Par le mécanisme naturel du recyclage ils deviennent un engrais parfaitement équilibré en éléments fertilisants.

  • Du compost pour le respect du sol

Si le jardinier écologique privilégie le compost comme principale source de fertilisation (accompagné d'engrais verts, paillis et purins), c'est dans une démarche de respect du sol. Le compost participe à la fabrication de l'humus qui stimule l'activité biologique du sol. Il est de fait le fertilisant qui respecte le mieux la vie du sol. Et c'est là que tout se joue ! En réalité, le jardinier écologique ne nourrit pas les plantes directement, mais le sol et plus exactement la vie du sol ... Car c'est elle qui se charge de nourrir les plantes et elle le fait bien mieux que nous avec nos produits "miracles" qu'ils soient chimiques ou naturels d'ailleurs.

  • C'est le moment !

En avril, c'est le bon moment pour vider le compost mûr et faire redémarrer le composteur. Vous avez fait votre plan de culture pour la saison à venir, il est temps de préparer les emplacements de vos tomates ou courgettes, ce sont des plantes particulièrement gourmandes qui apprécieront du compost. Disposez du compost dans des trous préparés pour recevoir les jeunes plants à la mi-mai, semez un engrais vert à croissance rapide (moutarde blanche) entre les trous, il sera ensuite coupé et servira de paillis protecteur et nutritif une fois les plantes bien installées. Sinon pour épandre du compost sur les planches sachez qu'une pelletée par m2 incorporée à 10-15 cm de profondeur suffit !

Alors pour un sol dynamique, vivant, équilibré et fertile; pensez au compost

Publié le 6 Avril 2016

Les primevères annoncent le printemps

Pour saluer le printemps, invitez donc des primevères dans votre assiette pour une cuisine sauvage, printanière et surprenante.

La floraison des primevères annonce le printemps, c'est le moment de réveiller votre cuisine avec une touche de soleil.

Les variétés de primevères les plus communes sont les primevères Acaule, fréquemment présentes dans les vieux jardins qu'elles envahissent et colorent de jolies teintes variées, et la primevère officinale, communément appelée coucou, plante sauvage à la fleur jaune. Au printemps, les primevères sont une ressource prisée des insectes pollinisateurs : le nectar attire les abeilles sauvages ou les syrphes et les feuilles les chenilles de papillons.

Elle est comestible et peut donc s'inviter à votre table. Laissez-vous tenter par une salade en mélange avec des jeunes pousses de primevère. Pensez à déposer quelques fleurs, à la saveur légèrement sucrée, en décoration d'un plat de crudités ou d'un dessert. Cuites, les feuilles se cuisinent comme des épinards ou en potage.

Les fleurs sont également utilisées en infusion ou en limonade pour leurs vertus contre la toux et l'insomnie.

Primevère officinale (ou coucou) dont la fleur est plus odorante

Primevère officinale (ou coucou) dont la fleur est plus odorante

Rédigé par emmanuelle