Les différents types de sol

Publié le 20 Avril 2013

Les différents types de sol

Argileux, sableux, limoneux, le sol n'est pas le même d'un jardin à l'autre et ne se cultive donc pas de la même manière.

  • Le sol est le résultat d'une longue histoire

Sous l'action conjuguée du climat (gel, vent...), des micro-organismes (bactéries, champignons) et des plantes (via leur système racinaire), la roche-mère, en profondeur, s'altère et libère des particules et des sels minéraux. En fonction de la nature de la roche-mère, 3 éléments se combinent dans des proportions différentes : du sable (des gros grains), du limon, de l'argile (particules les plus fines). Parallèlement, en surface, la matière organique végétale et animale en décomposition se dégrade et se mélange, sous forme d'humus, à la roche-mère désagrégée. Et cette histoire se joue depuis la formation de la Terre.

  • La nature du sous sol influence la terre du jardin

Ainsi on distingue un sol dit sableux (avec +80% de sable), un sol argileux (+60% d'argile), d'un sol limoneux (+80% de limon). Chaque type de sol a ses propres caractéristiques.

Un sol de type sableux est un sol léger, avec de gros grains, sans consistance, qui retient peu l'eau et se réchauffe ou se refroidit rapidement. Le sol argileux, quant à lui est plus lourd, collant lorsqu'il est mouillé, il se compacte facilement. Lent à se réchauffer, il se fendille par temps sec. Enfin, le sol limoneux est de structure fragile, il est sensible à l'érosion et à la formation d'une croûte de surface. C'est un sol fertile.

Cependant ce sont là de grandes catégories qui indiquent une tendance, car la réalité est beaucoup plus complexe dans la mesure où il y a toutes les combinaisons possibles entre les 3 éléments suivant leur proportion : on parle de sol argilo-sableux, limono-argileux, sablo-limoneux etc... (c'est ce qu'on appelle le triangle des textures du sol qui croise les 3 éléments en fonction de leur pourcentage).

Par conséquent, il n'y a pas un type de sol mais une grande variété.

  • Le sol vit, évolue, réagit

Résultat de l'altération de la roche-mère et de son association avec la matière organique, c'est cette couche superficielle du sol qu'on appelle terre arable, autrement dit cultivable : c'est notre terre nourricière. Cette terre, suivant sa nature, doit être jardinée en tenant compte de ses caractéristiques propres, en adaptant les pratiques culturales à la manière dont elle se comporte. De mauvaises pratiques peuvent conduire à sa dégradation.

L'une des préoccupations du jardinier sera donc de maintenir le sol vivant et de favoriser sa vitalité. La terre évolue, et même de qualité médiocre, elle se transforme à force d'amélioration par des techniques appropriées et avec le temps...

Rédigé par emmanuelle

Publié dans #sol vivant

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article